Genres, subjectivités et corps au-delà de la binarité

Les personnes trans interpellent et les débats théoriques et politiques les concernant
s’enferment trop souvent dans un chiasme entre une apologie de l’identité et de la libération et
une mise en garde sur la perte des repères immémoriaux. Mais comment en sortir si ce n’est en
tentant de comprendre l’expérience vécue des personnes dont on parle ? Ce texte propose
d’intégrer données empiriques, expériences cliniques, phénoménologie et théories
contemporaines sur le genre pour comprendre l’expérience de soi des personnes trans et non
binaires. De par leur existence, les personnes trans mettent en lumière la présence de ce qui est en
fait déjà là : la subversion du système de genre binaire, mais aussi la question des liens entre
modifications corporelles et construction du Sujet. Les subjectivités trans ne sont pas que la
réplique d’une idée du féminin et du masculin, elles expriment autre chose, de l’ordre de la
multiplicité, du devenir, des relations, de l’importance du ressenti corporel. Les corps y sont
envisagés comme des matérialités signifiantes, origines et lieux du devenir trans. Découlant de la
phénoménologie, le nouveau matérialisme est proposé comme outil conceptuel permettant
d’appréhender ces matérialités affectées, signifiantes et transformatives.

Mots clés : trans ; genre ; non binaire ; subjectivité ; corps ; nouveau matérialisme.

Trans people challenge society, and theoretical and political debates are too often
confined within a chiasmus that articulates an apology of identity and liberation and a warning
about the loss of immemorial references. But how can we get out of this opposition if not by
trying to understand the lived experience of the people we are talking about? This text seeks to
integrate empirical data, clinical experiences, phenomenology and contemporary gender theories
to understand the experience of the self of trans and non-binary people. In their existence, trans
people highlight what is already present: the subversion of the binary gender system, but also the
connections between body modifications and the construction of the Subject. Trans subjectivities
are not a mere replica of an idea about the feminine and the masculine, they express something
beyond and speak of multiplicity, of becoming, of relationships and of the importance of felt
body. The bodies are considered as signifying materialities and as the origin and place of trans
becoming. Arising from phenomenology, new materialism proposes a conceptual tool to
apprehend these affected, meaningful and transformative materialities.

Key words: trans; gender; non-binary; subjectivity; body; new materialism.