Soumettre un article

Soumettre un de vos articles

Filigrane est une revue semi-thématique d’orientation psychanalytique qui paraît deux fois par an (automne et printemps). La revue se veut un lieu d’échange, de recherche et d’ouverture autour d’une pratique plurielle, mais commune, de la psychanalyse.

La ligne éditoriale de Filigrane s’articule autour de la pratique clinique, celle-ci sert donc de tremplin ou de point de chute à tous les textes. En ce sens, les comités scientifique et consultatif, de même que le jury de pairs, sont formés principalement par des cliniciens québécois et européens.

Filigrane invite tous ceux et celles qui le désirent à soumettre un article dans l’une de ses rubriques.

  • Dossier thématique : Le sujet, déterminé dix-huit mois à l’avance, est affiché sur le site Internet de la revue. Chaque thème est couvert à l’intérieur de deux numéros (1 an).
  • Hors dossier  : Filigrane publie aussi en écart du Dossier thématique différentes rubriques à parution périodique, afin de laisser libre cours aux auteurs quant au thème. Voici les rubriques publiées :
    • Hétéros regroupe les textes hors thème.
    • Échos est constitué de courts articles, rédigés dans un style libre. Cette rubrique permet de présenter de nouvelles idées et réflexions.
    • Psychanalyse à l’université est consacrée à la recherche clinique issue du milieu universitaire, et inclut également des articles tirés de thèses doctorales. Les articles publiés sous cette rubrique doivent proposer une contribution personnelle à l’avancement des connaissances.
    • Entrevue donne la parole à des cliniciens d’expérience, du Québec et d’ailleurs, qui ont fait œuvre personnelle dans un champ particulier de la psychanalyse.
    • Bouquinerie fait place à la description et à la critique des parutions psychanalytiques récentes.

Conditions de fond

  • Responsabilité de l’auteur-e
    L’auteur-e est responsable des opinions qu’il-elle exprime dans la revue.
  • Secret professionnel
    L’article ne comporte aucune violation du secret professionnel. Dans le cas d’un recours à une illustration clinique, l’auteur-e s’assure que le patient ne puisse être identifié par un tiers. L’auteur-e s’assure que ce qu’il a écrit ne porte en aucune façon atteinte à la personne concernée dans l’éventualité que celle-ci viendrait à lire l’article.
  • Publication originale
    Filigrane ne publie que des articles originaux et ne peut, par conséquent, accepter des manuscrits déjà parus ou à paraître dans d’autres publications. Il relève de la responsabilité de l’auteur-e de prévenir la revue d’une telle éventualité.
  • Exclusivité sur les articles
    Filigrane conserve tous les droits sur les articles qu’elle publie. Toutefois, des ententes peuvent être conclues avec les auteurs-es pour la publication dans des livres ou d’autres revues.
  • Droit de citation
    L’article doit respecter les règles juridiques entourant le « droit de courte citation ». Voir la section Consignes éditoriales.
  • Filigrane permet la reproduction des articles pour fins d’enseignement. Elle demande cependant que la référence à la revue soit clairement indiquée.

Publication

L’auteur-e doit envoyer son texte à l’adresse suivante gilbert.sophie@uqam.ca

Le texte doit avoir une longueur maximale de 5 000 mots (excluant les références bibliographiques et le résumé). Il doit aussi être accompagné d’un résumé composé d’un maximum de 200 mots et de 5 mots-clés et des références bibliographiques.

Tous les articles sont soumis de manière anonyme dans un premier temps au comité de rédaction, pour ensuite être transmis à deux évaluateurs externes. Une recommandation positive de la part de ces deux instances est requise pour l’acceptation du texte.

Consignes éditoriales

Filigrane est soucieuse de la qualité du français. De plus, les articles doivent être rédigés dans un style accessible à la majorité de son lectorat ; l’utilisation abondante de termes techniques est ainsi à éviter.

Filigrane demande aux auteurs-es d’apporter une attention particulière aux règles de présentation des références. Les textes qui ne respectent pas les consignes éditoriales de Filigrane seront retournés aux auteurs-es pour correction. Les consignes éditoriales sont inspirées en grande partie de celles proposées par l’American Psychology Association ; pour plus d’information, cliquez ici.

Dans le corps de l’article

    • Référence à un ou des auteurs
      On indique le nom de l’auteur et la date de parution originale entre parenthèses.
      Exemple : La compréhension du transfert ne consiste pas seulement en son analyse mais aux possibilités de « l’utilisation de l’objet ». (Roussillon, 2013)

Pour deux auteurs, on notera : (Donnet et Green, 1973)

Pour deux auteurs et plus, on indiquera le nom de famille du premier, suivi de « et al. » : (Roussillon et al., 1995)

Pour plusieurs auteurs cités simultanément : (Roussillon, 1995 ; Freud, 1921 ; Winnicott, 1952)

  • Citations courtes
    Pour les citations de moins de trois lignes, on utilise les guillemets de type chevrons français : «  ». Le point final qui termine la citation est mis à l’intérieur des guillemets. La citation est suivie du nom de l’auteur, la date et la page (indiquée avec un ‘‘p.’’).
    Exemple : « Mais, par ailleurs, le travail avec l’hypnose exerçait un réel effet de séduction. » (Freud, 1925, p. 29)

 

Les crochets […] sont utilisés pour signaler toute intervention de l’auteur-e à l’intérieur d’une citation.
Exemple : « On pourrait […] considérer que la haine est une forme d’amour. » (Denis, 2013, p. 22)

Si on doit mettre des guillemets à l’intérieur d’une citation, on utilise les guillemets anglais : ‘‘ ’’, et à l’intérieur de ceux-ci, s’il y a lieu, les guillemets allemands : ‘’.
Exemple : « […] elle offre aussi une seconde chance d’éprouver d’autres modalités ‘‘d’utilisation de l’objet’’ de rapport ou de relation à celui-ci. » (Roussillon, 2013, p. 318)

  • Citations longues
    Pour les citations de plus de 3 lignes, elles sont présentées en retrait du texte à gauche de 1 cm, à simple interligne, sans guillemets et suivi de la référence entre parenthèses.
  • Notes de bas de page
    Elles sont réduites au minimum et disposées. Elles ne comportent ni références, ni tableaux, ni graphiques.
  • Graphiques et tableaux
    S’il y a lieu, ils sont regroupés à la fin de l’article et numérotés en chiffres arabes. L’endroit où ils sont insérés doit être indiqué dans l’article, par exemple le numéro de l’annexe.

 

À la fin de l’article

Les références bibliographiques sont présentées par ordre alphabétique d’auteurs-es. Si on réfère à plus d’un ouvrage d’un-e même auteur-e, ces derniers doivent être présentés par ordre chronologique en commençant par le plus ancien, et en répétant le nom de l’auteur.

    • Ouvrages importants ou anciens
      Ouvrages qui ont connu une ou des rééditions : indiquer en premier lieu la date originale de parution, puis, à la fin de la référence, la date de l’édition utilisée.

Exemple : Freud, S. (1900). L’interprétation des rêves. Paris, France : Presses Universitaires de France, 1967.

  • Chapitre de livre
    Auteur, A. A. (Année). Titre du chapitre. Dans A. Directeur et B. Directeur(dir.), Titre du livre (xe éd., vol. x, p. xx-yy). Lieu de publication : Maison d’édition.

 

Exemple : Chabert, C. et Roman, P. (2014). Les méthodes projectives en psychopathologie. Dans R. Roussillon (dir.), Manuel de psychologie et de psychopathologie générale. (2 éd. p. 499-568). Paris, France : Elsevier Masson.

  • Livre
    Auteur, A. A. (Année). Titre du livre (xe éd., vol. x). Lieu de publication : Maison d’édition.

 

Exemple : Phillips, A. (2009). Trois capacités négatives. France : Éditions de l’Olivier.

  • Article
    Auteur, A. A. (Année). Titre de l’article. Titre du périodique, volume(numéro), page de début – page de la fin.

 

Exemple : André, J. (2015).Les destructions de Narcisse. Revue française de psychanalyse, 78(1), 61-67.