Bouquinerie

Freud Franc-maçon

sept 14, 2015 Revue Filigrane

C’est sur un ton plutôt léger, presque celui de la conversation, que Jean Fourton (psychanalyste, École freudienne de Paris) propose au lecteur les résultats d’une recherche historique solidement documentée. Tout un pan méconnu de la vie de Freud, qui aurait pourtant grandement soutenu la découverte freudienne, est ainsi dévoilé. En effet, l’élaboration progressive de la théorie psychanalytique ne saurait se dissocier de son auteur, de la vie de celui-ci, et notamment de son environnement social ici présenté comme un fidèle collaborateur, quoique à son insu, de la persévérante continuation des travaux freudiens. Si beaucoup de travaux ont été l’occasion de discuter des correspondances de Freud – en particulier des échanges Freud-Fliess –, tous ont ignoré, semble-t-il, les présentations de celui-ci au sein de la loge maçonnique de l’ordre du B’nai B’rith, à une époque où ses découvertes recevaient peu d’encouragement du public médico-scientifique. Le sérieux de la réflexion exposée en ces pages se trouve un peu camouflé par l’usage du « je » et le ton léger, mais en revanche, ce livre se parcourt aisément et presque sans interruption, justement grâce à cette inhabituelle tonalité. Le lecteur n’a plus qu’à se laisse porter dans ce voyage initiatique en cet autre espace-temps. Guidé par l’auteur, il découvre progressivement le subtil entrelacement des religions, des valeurs et de la culture d’une époque, de la transmission du savoir, et de la naissance de la psychanalyse.

Sophie Gilbert
Rédactrice en chef