Se hâter avec lenteur. Le défi des jeunes majeurs pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance

Voyager entre Charybde et Scylla. L’expression homérique est connue.  Entre les écueils souvent acérés des demandes qui leur sont adressées et la tempête de la subjectivation, les jeunes pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance doivent se mesurer à deux temps, l’un social, l’autre psychique. L’un et l’autre ne suivant pas le même rythme. C’est dans ces mouvements que l’auteur essaie de penser avec ces jeunes sur leurs errements, et ce en fonction des décisions qui interviennent
dans la direction de la cure.