L’après-coup, un bain de jouvence pour la psyché

Une étude du procès de l’après-coup permet de discerner les temporalités qui coexistent au sein du psychisme. L’auteur propose d’examiner celles-ci à partir d’une séquence clinique qu’il confronte ensuite au processus de théorisation de Freud. Il replace ainsi le concept d’après-coup dans l’histoire de la métapsychologie. Sont rencontrées la régression temporelle, l’intemporalité, l’atemporalité du traumatique, ainsi que les opérations de substitution et de résolution, créatrices du passé, de l’avenir et du présent. En introduisant l’intemporalité des désirs inconscients, la doctrine du rêve nous renseigne sur le travail psychique en deux temps exigé par l’existence de l’atemporalité traumatique, ainsi que sur les capacités de régénérescence libidinale du rêve. Celui-ci s’avère remplir la fonction de bain de jouvence. La méthode psychanalytique reprend à son compte le travail très original de l’entre-deux-temps qu’est le travail de rêve, et l’inscrit en séance en tant que travail de transfert, afin de promouvoir l’effet thérapeutique escompté.