Introduction. Le travail de la consultation psychanalytique. Entre cadre psychique et cadre institué

Parler de la consultation psychanalytique aujourd’hui, c’est s’inscrire dans les mouvements de l’approfondissement métapsychologique qui a accompagné depuis les années 1960 l’extension de la psychanalyse très au-delà du champ de la névrose. C’est prendre la pleine mesure de l’importance mutative produite dans les dispositifs thérapeutiques et la théorie de la cure par l’expérience croissante de la rencontre clinique avec des patients relevant des pathologies « limites », des troubles narcissiques-identitaires et de certaines formes de psychose.

Est-il encore besoin d’évoquer Freud qui dès 1926 pressentait que « l’utilisation de l’analyse pour la thérapeutique des névroses n’est qu’une de ses applications », ajoutant : « peut-être l’avenir montrera-t-il que ce n’est pas la plus importante » (Freud, 1926).

Isabelle Lasvergnas, sociologue, psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Montréal (SPM) et de la Société canadienne de psychanalyse (SCP). Professeur honoraire, Département de sociologie, UQAM, Isabelle Lasvergnas a été directrice fondatrice de la Clinique psychanalytique de Montréal/Centre de consultation de la Société psychanalytique de Montréal (2006-2014), et est actuellement membre du collectif, Groupe psychanalytique du Mont-Royal (GPMR). Membre du comité international de la Revue Cliniques (Éres), elle est l’auteure de nombreux articles et a dirigé plusieurs ouvrages collectifs, notamment sur la question de la méthode psychanalytique et les premiers entretiens.